Résultat semestriels contrastés pour Reyl

La banque privée genevoise Reyl a connu un 1er semestre contrasté, avec une baisse du résultat opérationnel qui a été compensée par des produits extraordinaires.

Au cours des 6 premiers mois de l’année, les actifs en gestion ont reculé de 4.2% à CHF 13 milliards, sous l’effet de la baisse des marchés financiers. Ils ont toutefois augmenté de 6% par rapport au 1er semestre 2019, notamment grâce à des entrées nettes de fonds totalisant CHF 294 millions sur la période.

Les revenus d’exploitation ont augmenté de +4.4%, portés par une croissance des opérations d’intérêt et des revenus du trading. En revanche, les commissions ont reculé (-3.5%) en raison d’une baisse de l’activité du département Corporate Advisory & Structuring entraînée par le confinement.

Pour leur part, les charges d’exploitation ont fortement augmenté, du fait des frais liés à la création de la nouvelle filiale Asteria Investment Managers, créée à l’automne passé et dirigée par Katia Coudray. Spécialisée par l’investissement d’impact, Asteria ne deviendra pleinement opérationnelle qu’au 3ème trimestre 2020, lorsqu’elle aura obtenu ses autorisations réglementaires et pourra générer ses premiers revenus.

Le groupe Reyl enregistre ainsi une perte opérationnelle de CHF 2.4 millions. En revanche, il réalise un bénéfice semestriel de CHF 3.2 millions en hausse de +63.7%, grâce à des produits extraordinaires de CHF 6.8 millions liés à la vente d’une partie de la participation dans la banque digitale Alpian lancée en mai 2020. Ce désengagement partiel était prévu dans le cadre de la constitution du tour de table et des partenariats d’Alpian dans sa phase d’incubation.