Private Banking: Il faut aussi penser à marquer des buts

Finance Corner - Marquer des buts Marquer des buts

Au cours de son Investor Day d’hier, Credit Suisse a annoncé qu’il allait allouer jusqu’à 20% de ses bénéfices 2019-2020 à des investissements dans le Wealth Management et des activités liées à la gestion de fortune. Cela représente des montants non négligeables, de plus de CHF 800 millions par année.

Après des années pendant lesquelles le mot d’ordre semblait n’être que de couper les coûts à grands coups de hache, il est réconfortant de voir le 2ème établissement du pays comprendre qu’il est également important d’investir pour se développer.

En effet, lorsqu’ils sont confrontés à une baisse des bénéfices ou à une pression sur les marges, la plupart des managers se focalisent exclusivement sur la colonne des charges, en oubliant qu’il est sans doute plus utile à long terme de se battre pour augmenter les revenus.

Mais on n’attrape pas des mouches avec du vinaigre et il faut d’abord investir avant de récolter. C’est parfois douloureux mais, comme l’a montré clairement l’exemple de l’équipe italienne de football, pour gagner un match, on ne peut se contenter de jouer en défense, il faut aussi marquer des buts.

Les acteurs du private banking suisse seraient parfois bien inspirés de s’en souvenir…