Lourdes pertes pour SYZ

Finance Corner - SYZ - Nouveaux locaux SYZ

La situation ne s’améliore pas pour SYZ. En effet, après une perte opérationnelle de CHF 8 millions en 2018, le groupe financier genevois a enregistré une perte nette consolidée de CHF 24.8 millions pour l’exercice 2019.

De fait, si les différentes réorganisations et réattributions de charges / revenus au sein du Groupe ont permis à la banque de publier il y a quelques semaines un bénéfice net de CHF 7.1 millions pour l’exercice 2019, la situation s’est avérée nettement moins favorable au niveau du Groupe dans son ensemble.

Les actifs en gestion ont ainsi reculé de CHF 1.4 milliard pour totaliser CHF 27.4 milliards à fin 2019. L’évolution positive qu’ont connue les marchés en 2019 n’a pas permis de compenser des sorties nettes de fonds de CHF 2.7 milliards, principalement due à une décollecte importante dans les fonds OYSTER.

Pour leur part, les revenus opérationnels ont chuté de 20% pour atteindre CHF 147.4 millions à fin 2019 (2018 : CHF 184.1 millions).

En raison de la réduction des effectifs de 50 personnes entraînée par les cessions de SYZ Asset Management (Luxembourg) et de SYZ Swiss Advisors, la société de gestion dédiée à la clientèle américaine, ainsi que par la fin des activités à Hong Kong, les charges opérationnelles ont également baissé de 5.8%.

Le Groupe SYZ enregistre ainsi une perte opérationnelle de CHF 26.1 millions (2018 : – CHF 8.0 millions).

Malgré une dissolution de CHF 5 millions des réserves pour risques bancaires généraux, le résultat net 2019 se conclut par une perte consolidée de CHF 24.8 millions (2018 : CHF 2.5 millions). Les produits extraordinaires de CHF 1.8 million liés à la vente d’un immeuble et à la dissolution des filiales ont été plus que compensés par des charges extraordinaires de CHF 3.8 millions dues à un ajustement du prix reçu pour la vente de Banca Albertini Syz en 2018.

Comme le souligne son désengagement de ses activités hors de Suisse et la vente de ses fonds OYSTER, SYZ se concentre désormais sur la banque privée, la gestion alternative et les private markets (SYZ Capital) et la gestion institutionnelle domestique.

Compte tenu des difficultés économiques liées à la pandémie et à la grande volatilité des marchés qui a impacté certains gérants indépendants, il sera sans doute difficile pour SYZ de redresser la barre au cours de l’exercice 2020.