Légère hausse du bénéfice pour Lombard Odier

Finance Corner - Lombard Odier Lombard Odier

Pour annoncer ses résultats annuels, la banque privée genevoise Lombard Odier s’est limitée à publier quelques chiffres flatteurs mais partiels.

Elle n’est hélas pas la seule dans ce cas, car cette pratique semble être devenue la règle parmi les banques privées de la place, à l’exception notable de l’UBP.

De fait, Lombard Odier a vu les actifs de sa clientèle augmenter de +5.7% pour totaliser CHF 316 milliards à fin 2020. Cette progression s’explique principalement par des apports nets de CHF 12 milliards. Sur ce total, la banque privée représente CHF 187 milliards (soit un peu moins de 60%), tandis que la gestion d’actifs et l’activité de banque dépositaire pèsent CHF 62 milliards et CHF 67 milliards respectivement.

Soutenus par des volumes de transaction importants, les revenus opérationnels ont augmenté de +15.4% pour s’inscrire à CHF 1.405 milliard.

Aucune information chiffrée n’a été fournie sur les charges, mais le ratio Coût/Revenus s’est amélioré à 74%, contre 79% en 2019.

Le résultat opérationnel n’a pas été dévoilé, mais la banque a annoncé un bénéfice net consolidé de CHF 208 millions pour 2020, soit une progression de +2.4%. Il faut relever que dans son communiqué, Lombard Odier indique une augmentation de +19%. Mais ce pourcentage plus élevé a été calculé par rapport à un résultat 2019 ajusté de CHF 175 millions et non pas en comparaison avec le chiffre officiel de CHF 203.054 millions figurant dans le rapport annuel.

S’il peut être parfois utile de recourir à des chiffres ajustés, notamment pour permettre une comparaison correcte en cas d’éléments extraordinaires, cela ne devrait toutefois se faire qu’en complément et non pas à la place des chiffres officiels et cela mériterait d’être précisé clairement.

Et si l’objectif était de donner une idée plus claire de la marche des affaires sans l’impact des éléments extraordinaires, il suffisait de publier le résultat opérationnel.