L’ASG et l’OAR-G renoncent à leur alliance

Finance Corner - Développement réglementaire Rules and Regulations

(source: Le Temps) L’Association Suisse des Gérants de Fortune (ASG) et l’organisme d’auto-régulation genevois OAR-G ont renoncé à créer ensemble un organisme de surveillance de droit privé conforme à la future LEFin.

Entrant en vigueur au 1er janvier 2020, la LEFin prévoit l’obligation pour les gestionnaires de fortune et les trustees de s’affilier dans un délai de 3 ans à un organisme de surveillance de droit privé (OS) autorisé par la FINMA.

Fondée en 1986 et comptant environ 1’000 membres, l’ASG est le leader des associations professionnelles de gérants de fortune indépendants en Suisse.

Afin d’atteindre une taille suffisante pour obtenir ce nouveau statut, l’ASG avait entamé un projet d’alliance avec l’OAR-G, organisme d’auto-régulation créé à Genève en 2003 et fort d’un peu moins de 450 membres.

En 2018, les deux partenaires avaient ainsi créé l’Organisme Suisse de Surveillance des Gérants de Fortune et Trustees (SWT), conjointement avec des associations des trustees.

A mi-septembre, l’ASG a toutefois annoncé à ses membres qu’elle mettait un terme à cette collaboration, en raison d’absence d’accord sur « des éléments essentiels ».

En parallèle, l’ASG et l’OAR zougois VQF ont annoncé le 9 octobre qu’ils unissaient leurs forces pour créer et exploiter ensemble FINControl Suisse, un organisme de surveillance de portée nationale.

Basée à Zoug, l’association de droit privé VQF est le plus grand OAR de Suisse et compte 15 employés permanents.

De son côté, l’OAR-G a annoncé poursuivre indépendamment son projet d’organisme de surveillance, avec toutefois un accent sur la Suisse romande.