Geneva Swiss Bank déménage et diversifie ses activités

Finance Corner - GS Bank GS Bank

(source AGEFI).  Ayant changé son nom en GS Banque (ou Geneva Swiss Bank) suite au retrait de Bénédict Hentsch en 2013, l’ancienne Banque Bénédict Hentsch a concrétisé cette nouvelle étape en déménageant début novembre dans des bureaux de 2000 m2 au sommet du bâtiment du Human Brain Project à Sécheron.

Dirigée par Robert Pennone (Président du Conseil) et Andreas Stricker (CEO), la nouvelle banque investit dans son développement et diversifie ses activités. Gérant CHF 1 milliard d’actifs, Geneva Swiss Bank entend en effet aller au-delà de la gestion discrétionnaire pour client privé en offrant également des services de structuration des avoirs, grâce à une joint-venture avec une société fiduciaire détenue avec le cabinet d’avocats fiscalistes Reymond, Ulmann & Fischele. L’effectif de la gestion privée devrait passer de 10 à 20 personnes d’ici fin 2015. La clientèle provient essentiellement de Suisse et d’Europe, mais la banque entend se développer en Turquie et au Moyen-Orient.

Au-delà de la gestion privée, l’offre s’étend également à trois nouvelles activités. La première est l’asset management, avec l’arrivée dans un premier temps de trois spécialistes et un double objectif pour la fin 2015: constituer une équipe d’une quinzaine de personnes et être capable d’effectuer une gestion alternative quantitative.

La seconde nouveauté est le lancement d’une plateforme de trading sur marge sur le Forex et les métaux précieux, réservée à une clientèle haut de gamme. L’investissement minimum est ainsi de CHF 50’000.- afin d’attirer des investisseurs privés fortunés, mais aussi des traders professionnels et des institutionnels. Le nombre de collaborateurs dans cette activité devrait passer de 5 à 15 personnes d’ici fin 2015.

Enfin, Geneva Swiss Bank développe une activité de conseil aux entreprises, tels que fusions-acquisitions, développements immobiliers, controling et structuration fiscale. La banque entend ainsi établir des liens entre ses clients et fournir des solutions à de grandes familles d’entrepreneurs internationaux.

Ces développements devraient faire reculer la part des revenus de la gestion privée de 65-70% actuellement à moins de 50% d’ici fin 2015. Pour atteindre ces objectifs de développement, Geneva Swiss Bank va investir en 2014 quelque CHF 10 millions en ressources humaines et en technologie et un montant équivalent en 2015. La banque externalise l’infrastructure et le back-office auprès de Crédit Agricole et est en discussion avec d’autres fournisseurs pour l’asset management. Aucune acquisition n’est à l’ordre du jour pour le moment.