Forte hausse du bénéfice pour Julius Baer

Finance Corner - Julius Baer Julius Baer

La banque privée zurichoise Julius Baer a connu un exercice 2020 particulièrement faste, marqué par des entrées de fonds substantielles et un bénéfice net en forte hausse

De fait, des apports d’argent frais de CHF 15.1 milliards ont largement compensé l’effet négatif des marchés et des changes, permettant aux actifs en gestion de passer de CHF 426.1 milliards à CHF 433.7 milliards (+1.8%). Les entrées de fonds proviennent essentiellement d’Europe (en particulier d’Allemagne, du Royaume Uni, d’Espagne, du Luxembourg, d’Irlande et de Russie), d’Asie (notamment de Hong Kong, de Chine, d’Inde, de Thaïlande et du Japon), des Emirats Arabes Unis et du Mexique. Ces flux positifs ont toutefois été compensés en partie par des sorties de fonds subies par le gérant d’actifs italien Kairos. En incluant l’activité de banque dépositaire (CHF 72 milliards), les avoirs en dépôt atteignent le niveau record de CHF 505 milliards (+1%).

La nette baisse des revenus tirés des opérations d’intérêt (- CHF 170.5 millions) a été contrebalancée par des commissions en hausse (+ CHF 92.1 millions) et surtout par une forte progression des revenus du trading (+ CHF 298.9 millions). Les commissions de gestion et de conseil ont toutefois reculé, en raison notamment d’une plus faible contribution de Kairos et du déclin des avoirs en gestion en début d’année. Les revenus d’exploitation consolidés ont ainsi progressé de +5.9% pour totaliser CHF 3.583 milliards.

En ce qui concerne les charges d’exploitation, les frais de personnel ont diminué de 1.3%, tandis que les frais généraux ont baissé de 16.5% sur l’exercice. En revanche, les amortissements ont significativement augmenté (+ CHF 81.3 millions), notamment en raison d’une dépréciation du goodwill et d’une accélération de l’amortissement concernant Kairos, ainsi que d’une provision de CHF 73 millions liée au litige avec la justice américaine sur l’affaire de corruption à la FIFA. Les charges d’exploitation totales ont ainsi reculé de 2.8%, permettant au ratio Coût/Revenus de s’améliorer à 66.4% (2019 : 71.1%).

En conséquence, le résultat opérationnel augmente de +49.4%, tandis que le bénéfice net consolidé s’envole de +50.2% pour s’inscrire à CHF 698.6 millions.