Bénéfice en hausse pour Lombard Odier

Finance Corner - Lombard Odier Lombard Odier

La banque privée genevoise Lombard Odier a publié un résumé de ses résultats 2018, qui montrent une augmentation des revenus et une hausse sensible du bénéfice net.

En revanche, les avoirs totaux en dépôt et gestion ont reculé de 5.5% en 2018 pour s’établir à CHF 259 milliards. De fait, les entrées nettes de fonds de CHF 4 milliards n’ont pas totalement compensé l’effet négatif de la baisse des marchés au 4ème trimestre. Les apports proviennent essentiellement de Suisse, d’Europe, d’Asie et du Moyen-Orient.

La clientèle privée représente CHF 159 milliards, soit 61.4% du total (+ CHF 22 milliards par rapport à 2017), tandis que la gestion d’actifs totalise CHF 44 milliards (contre CHF 48 milliards en 2017). Pour leur part, les « asset services », notamment la plateforme bancaire G2, pèsent CHF 56 milliards (CHF 88 milliards en 2017). La baisse importante en 2018 est due à la reclassification de certains actifs qui sont désormais attribués à la gestion privée.

L’activité accrue de la clientèle et l’introduction de nouvelles stratégies plus rentables ont permis une hausse de +6% des revenus opérationnels, qui totalisent ainsi CHF 1.172 milliard pour l’exercice 2018.

La banque n’a pas fourni d’informations sur l’évolution des charges.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice net 2018 s’établit à CHF 165 millions, soit une progression de +13%. Si l’on tient compte du produit exceptionnel de la vente d’immeubles de CHF 107 millions, le bénéfice net atteint CHF 272 millions.

A 81%, le rapport Charges/Revenus (Cost/Income ratio) reste assez élevé, mais, avec un ratio CET1 de 29.9%, Lombard Odier est solidement capitalisée.

Le groupe emploie 2’480 personnes répartis dans 27 bureaux dans le monde.